• Jiminis
  • Lifestyle
  • L’impact environnemental de notre alimentation : le cas de l’eau 
Lifestyle

L’impact environnemental de notre alimentation : le cas de l’eau 

A l’approche de la journée mondiale de l’eau, le 22 mars, on s’est penché sur la question de l’impact environnemental de notre alimentation. En effet, depuis des années, on jette la pierre à ceux qui déclarent honteusement prendre des bains, prendre des douches de plus de 4 minutes 35 ou encore à ceux qui avouent laisser couler l’eau pendant leur vaisselle. Mais savez-vous que votre brunch du dimanche midi consomme bien plus d’eau que votre bain du dimanche soir ?

L’impact environnemental de l’alimentation sur nos ressources hydriques.

C’est simple, 70% de la consommation d’eau potable est dédiée à l’agriculture contre 10% pour l’utilisation domestique. Ce que l’on mange a, certes un impact indirect, mais surtout considérable sur notre environnement.impact environnemental de notre alimentation

De nombreuses études et articles ont révélé la quantité nécessaire à la production d’un kilo d’amande mais aussi ses effets négatifs sur notre écosystème. Par exemple, sachez qu’il faudra plus de 4000 L d’eau virtuelle* pour faire 1Kg d’amandes. Soit environ 4L pour une amande, UNE AMANDE ! Quand à lui, l’ingrédient phare de ces dernières années pour les poke bowl, buddha bowl et autres tartines ou guacamoles, j’ai nommé l’avocat, n’est pas non plus un exemple. En effet, il faudra environ 400L d’eau pour un avocat, soit l’équivalent de 2 bains.

Impact environnemental de notre alimentation

Dis-moi ce que tu manges, je te dirais qui tu es…

Mais la question des protéines est aussi très intéressante. On l’évoquait déjà dans notre article « Manger des insectes pour sauver la planete ? » il faut environ 16 000L d’eau virtuelle pour produire 1kg de protéine de bœuf contre 800 et 1600 respectivement pour 1 kg de protéine de grillons et de molitors. De leur côté, les légumineuses et céréales sont aussi moins gourmandes en eau. Il faut par exemple, 590L d’eau pour 1kg de blé et 4500L pour 1Kg de riz inondé.

Alors, on vous arrête tout de suite, ne commencez pas une gréve de la faim, dès ce soir, ce n’est pas l’idée de cet article. Cependant quelques gestes simples peuvent vous aider à réduire votre impact environnemental et votre consommation d’eau au quotidien. Par exemple :

– privilégiez les ingrédients locaux et saisonniers
– habituez-vous à faire un (et pourquoi pas dix) repas végétariens par semaine
– consommez davantage d’insectes, algues ou légumineuses ?
– achetez des produits issus de l’agriculture raisonnée

Et si vous voulez en savoir plus sur les différentes raisons de manger des insectes, vous pouvez découvrir notre super infographie sur les avantages environnementaux de la protéine d’insecte.

* eau virtuelle : c’est la quantité d’eau nécessaire à la fabrication biens de consommation ou intermédiaires.

Commentaires :

  • Jérôme Martin
    20 octobre 2018

    Très intéressant surtout que peut de gens sont au courant que 70% de l’eau potable est utilisé à l’agriculture, comme quoi l’alimentation c’est bien plus que se préoccuper de sa propre santé. J’aimerais si possible que quelqu’un puisse me donner les sources des informations qui ont servis à composer cet article. Merci et bonne continuation.

    Voir les réponses (1) Répondre
    • Zélie Collet
      22 octobre 2018

      Bonjour Jérôme,

      merci beaucoup de votre retour, vous pouvez écrire à coucou@jiminis.com ou vous aurez toutes les réponses à vos questions 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *